Introduction à l'article

Selon des croyances populaires, la période autour de la pleine lune serait liée à des problèmes de sommeil et à des accidents cardio-vasculaires. Les auteurs cherchent des relations entre sommeil, facteurs de risque métaboliques, activité physique et cycles lunaires chez des enfants Danois.

Expériences de l'article

Les auteurs ont analysé les résultats d'une étude dont le but était de mesurer les effets d'un régime alimentaire sur la santé des enfants. 765 enfants de 8 à 11 ans ont participé à cette étude, qui a permis d'obtenir des données sur la durée du sommeil pour 13 762 nuits.
Les enfants portaient sur eux un accéléromètre. La durée du sommeil est déduite des mesures obtenues par cet appareil et des horaires de lever et de coucher indiquées par les parents. Les mesures obtenues par l'accéléromètre sont également utilisées pour quantifier l'activité physique quotidienne des enfants.
Des indicateurs de risque cardiométabolique ont également été mesurés.

Résultats de l'article

Lors de la pleine lune, la durée du sommeil est plus longue de 2,4 min par rapport à la demi-lune et 4,1 min par rapport à la nouvelle lune. Ces résultats sont différents de ceux précédemment obtenus chez des adultes, qui montraient que la durée du sommeil était réduite lors de la pleine lune.
Le temps d'activité modérée à vigoureuse est plus court de 5,0 min par rapport à la demi-lune et de 3,2 min par rapport à la pleine lune.

Rigueur de l'article

Contrairement à l'étude réalisée par Cajochen et al. pendant laquelle les sujets pouvaient dormir ad libitum, les enfants ont probablement été réveillés pour aller à l'école, ce qui a pu réduire la durée de leur sommeil. De plus, l'étude du sommeil des enfants a été réalisée à leur domicile et non dans un laboratoire du sommeil, et la durée du sommeil a été déterminée de manière indirecte (pas d'EEG), ce qui ne permet pas de détecter les différentes phases du sommeil. Les auteurs ne proposent pas d'hypothèse solide pouvant expliquer les liens entre pleine lune, sommeil et activité physique qu'ils ont mis en évidence.

Ce que cet article apporte au débat

Les résultats de cette étude, dont le nombre de participants est élevé, sont en faveur d'une modulation du sommeil humain en fonction de la phase lunaire. Cependant les résultats obtenus sont contraires à ceux des études réalisées par Cajochen et_al_. et Smith et al., qui portaient sur des adultes : tandis que ces dernières montraient que la durée du sommeil était réduite lors de la pleine lune, on observe ici une augmentation de la durée du sommeil chez les enfants.

Publiée il y a environ 3 ans par C. Thouly
En savoir plus sur la référence